Lundi 9 mars à 19h, heure suisse, Apple démarrait sa Keynote. L’événement avait une importance toute spéciale : c’est la première fois que Tim Cook lançait un nouveau produit. La très attendue Apple Watch, à défaut du doux son d’un tic tac mécanique, fait déjà beaucoup de bruit.

Un marché déjà bien chargé

Cela fait plus de 5ans qu’Apple n’a plus lancé de produit réellement disruptif. On en attend donc beaucoup de cette montre connectée. Comme ça a été le cas pour d’autres sorties des modèles siglés de la pomme, l’iWatch a été précédée par d’autres produits issus d’autres fabricants. En effet, le marché de la montre connectée est déjà bien rempli. Samsung a déjà sorti sa Samsung Gear S, Motorola Mobility a introduit en septembre dernier sa Moto 360 et Sony avec sa Sony Smartwatch 3 possède déjà une montre qui se passe de smartphone. On comprend bien que le concept de l’iWatch n’est pas exclusif ni révolutionnaire en soi. Et pourtant, c’est bien cette dernière qui fait le plus parlé d’elle; ne laissant plus aucun doute sur la puissance de la machine marketing du géant américain.

Les goûts, les couleurs et la mode

La montre sera disponible dès le 24 avril 2015 en Australie, au Canada, en Chine, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, à Hong Kong, au Japon et bien évidemment aux Etats-Unis. Pour les autres, il faudra prendre son mal en patience jusqu’en automne. Autre information cruciale : il faut être le détenteur un iPhone pour utiliser l’Apple Watch. Mais cette condition qui ne devrait pas être un trop grand frein à la vente, comme le rappelait fièrement Tim Cook lundi soir, Apple ayant vendu déjà plus de 700 millions de smartphones. Les prix oscillent entre 350 et 1000$ pour les versions sport et classique mais peuvent monter jusqu’à 17’000$ pour l’édition Or. Le design, comme toujours chez la marque à la pomme, a été soigné dans les moindres détails. Les modes d’affichages sont nombreux, allant du plus sobre à Mickey Mouse. L’Apple Watch est donc un gadget qui est aussi un accessoire à la mode et, expérience faite, c’est à ce niveau là que la marque révèle son excellence.

Une opportunité pour les montres suisses

Et pourtant, à lire les commentaires d’après-conférence, Tim Cook a laissé de nombreux fans sur leur faim. Le PDG n’a pas pipé mot sur la durée de vie de son produit par exemple, sujet pourtant clé dans l’horlogerie. C’est l’un des grands avantages de la montre mécanique, elle marchera encore dans 50ans. Les experts s’accordent à dire que la montre connectée ne sera pas une concurrente directe du secteur de l’horlogerie de luxe. Par contre, pour les marques opérant dans une gamme de prix inférieure, telles que Tissot et le leader mondial Swatch Group par exemple, ces innovations sont à surveiller. À surveiller, mais pas de raison de trop s’inquiéter.

Selon Jens Krauss, responsable de projet au CSEM « La Suisse a toutes les compétences microtechniques et électroniques pour produire des montres connectées de haute qualité et à l’esthétique très soignée. »

Swatch Group a d’ailleurs déjà annoncé la future montre connectée de leur cru. Il s’agira donc pour les horlogers suisses de bien repenser et réaffirmer leur positionnement de marque. Mais au final, la montre connectée et la montre mécanique répondent des intérêts et à des besoins différents. Rien ne nous empêche de posséder les deux. Et peut-être que les smartwatches encourageront une partie de la population à redevenir des consommateurs de montres.

Sources: http://www.cooperation.ch/Tic_+tac_+touch

http://www.bilan.ch/argent-finances-plus-de-redaction/lapple-watch-face-montre-suisse

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/db36f41e-c69c-11e4-959d-74804f4bcbe7/Apple_fait_le_forcing_pour_vendre_sa_montre

http://www.swissinfo.ch/fre/l-horlogerie-suisse-amorce-le-virage-de-la-montre-connectée/41304012?rss=true

Laisser un commentaire