Lancé en mars 2015, le site web Love has no labels s’érige à l’encontre des préjugés. Dans notre monde où la norme semble presque anormale, il sensibilise et informe de manière ludique et délicate.

Ad Council, à l’origine de la campagne Love has no labels, est une organisation américaine à but non lucratif qui crée des campagnes publicitaires de service public. La campagne a fait buzz sur le web grâce à sa vidéo virale.

En effet, le 14 février de cette année, Ad Council a lancé un évènement à New York en y installant un écran géant. Sur ce dernier, des passants ont pu observer des squelettes qui s’embrassent, dansent et s’amusent: des squelettes qui s’aiment. Par la suite, les personnes à l’arrière de l’écran font leur apparition en passant devant l’écran. Il s’agit de couples, d’amis, de membres d’une même famille qui sont susceptibles d’être victimes de préjugés. Divers slogan s’affichent sur l’écran: « love has no gender », « love has no disease », « love has no religion », « love has no race » etc. Le message véhiculé est important: au final, nous sommes tous semblables, tous fait de la même manière. Réduits à l’état de squelettes, aucun stigmate n’est visible. Aucune discrimination n’est possible.

[youtube video= »PnDgZuGIhHs »] [/youtube]

La vidéo renvoie alors au site Love has no labels qui propose un quizz pour connaitre notre attitude face aux préjugés, des conseils pour les éviter ainsi que des anecdotes racontées par des victimes de discrimination.

“I’ve got diverse tastes, speak proper English and did well in school. As a result, I’ve been called an Oreo all my life. ‘Oh, Alexis is black on the outside and white on the inside.”

“I hate that. Like there’s some sort of official checklist that makes me black. Do I like hip hop? Check. Do I watch Tyler Perry and Spike Lee movies? Check. But I also happen to like rock and Scorsese movies. Sorry if I’m not black enough for you.” Histoire d’Alexis, 20 ans

Cette campagne vise à faire réagir les gens pour qu’ils se rendent compte de leur inconscient, des « biais implicites »; afin qu’ils comprennent et acceptent toutes les communautés. Ainsi, ils célèbrent la diversité et favorisent l’inclusion. En jouant sur un sentiment très fort, Love has no labels impose son message.

 

Laisser un commentaire